top of page
Une Balade, Ensemble

Comment apprendre à son chien de ne pas tirer, comment marcher à nos côtés, quels outils utiliser pour nous aider?

   L’activité que l’on pratique le plus souvent avec son chien, est simplement la marche. Toutefois, la majorité de gens se plaignent que leur balades ne sont pas agréables: leur chien tire, s’élance vers des passants, chiens, bicyclettes ou écureuils, n’arrête pas de renfiler au sol… Les humains se blessent parfois sévèrement, se font des tendinites, deviennent frustrés à l’idée qu’on les voit se faire traîner par leur chien, s’irritent contre le chien qui n’écoute pas, certains se promènent seulement à l’aube, tard dans la nuit ou lorsqu’il pleut, pour éviter les autres chiens ou passants qui font réagir leur toutou.

  Comme si ce n’était pas assez compliqué, voilà que des nouvelles pressions sociales sont véhiculées dans les médias où on met l’accent sur l’obligation de marcher quotidiennement avec son chien, et en plus, il faut absolument que celui-ci reste derrière nous, sous peine de se faire juger d'inadéquat dans notre hiérarchie avec notre compagnon.
Le chien lui, comment se sent-il à l’autre bout de la laisse? La plupart s’étranglent patiemment en traînant leur fardeau humain sur différents colliers qui sont supposés les empêcher de tirer. Plusieurs sont nerveux, renfilent à terre et tentent d’éviter d’irriter leur humain si agréable à l’intérieur et si transformé en promenade. Ils sont frustrés de ne jamais pouvoir aller renifler ou dire bonjour, de ne pas être capable d’éviter les tensions et conflits. Certains appréhendent l’approche de gens ou autres chiens car le moment est souvent douloureux. Beaucoup ont des blessures aux vertèbres du cou et à la trachée.

pulls_edited.jpg

Le chien qui tire excessivement, n’est pas conscient qu’il  est possible de ne pas tirer. Il apprécie rarement pleinement sa promenade.

Voilà, la simple promenade ressemble trop souvent à un moment de torture. Voici quelques conseils pour la retransformer en un moment agréable et privilégié à partager avec votre compagnon.

  Débutons avec le jeune chiot. Il est important, pour sa socialisation, de sortir votre chiot à différents endroits afin qu’il s’habitue aux voitures, autobus, joggers, enfants, autres chiens, etc. Toutefois, il faut éviter de le faire marcher des longues distances : ses os et articulations sont encore mous et il pourrait être néfaste pour sa croissance de trop leur en demander. La plupart de propriétaires se plaignent que leur chiot traîne derrière, s’arrête à tous les cinq pas, et refuse d’avancer. Ceci est tout à fait normal et il est important de respecter le rythme du chiot: il est fait pour la chasse aux papillons pas des marathons. Préparez-vous à marcher un quart de bloc, puis s’arrêter pour mâcher des brindilles (vous n’êtes pas obligés de participer). Ne planifier pas de longues distances, allez simplement passer du temps avec votre chiot dehors. Vous pouvez en profiter pour y bâtir le climat idéal pour les futures randonnées. Évitez de tirer sur la laisse: ceci provoque un freinage automatique de l’autre côté. Pour vous aider à déplacer votre chiot, apprenez-lui le jeu du viens (lien vers article sur le viens ).  Jouez avec votre chiot à l’extérieur, nourrissez-le sur le trottoir et arrangez-vous pour qu’il sente qu’être dehors est un moment agréable entre vous et lui. Ceci va beaucoup vous aider lorsque ses pattes se durciront et il aura envie de parcourir des kilomètres: il aura envie de le faire avec vous. À cet âge, n'hésitez pas de le porter dans les bras pour vous rendre quelque part et profitez-en pour faire des très courtes balades en voiture pour l'amener à des nouveaux endroits: un bon investissement pour qu'il aime les voyages en auto.

porter chiot.jpg

  Si vous avez un chien de 6 mois et plus, il y a des fortes chances qu’il tire vers l’avant à toute allure plutôt que de refuser d’avancer. Peu importe son âge, vous pouvez transformer de quoi aura l’air votre excursion.
   La plupart de propriétaires espèrent qu’apprendre une fois pour toutes à leur chien de marcher au pied va régler le problème des irritations en laisse. Oui, on peut apprendre à notre chien de marcher collé à nos côtés, mais cela prend de la pratique et ne permet pas au chien de sentir, faire ses besoins et varier ses mouvements et vitesse.

IMG_1082.JPG

Personnellement, je conseille d'avoir deux modes en promenade:


1- La Balade CoeurCanin: la majorité du temps en laisse, dés que l'environnement le permet. Le chien peut renifler, ralentir, changer de côté ou nous dépasser mais ne tire pas sur la laisse et revient vite vers nous au besoin. Agréable, permettant de répondre aux besoins du chien, le stimulant davantage que marcher sans renifler. Le chien peut arrêter sentir les poteaux pendant que vous prenez le temps de sentir les fleurs ou observer les oiseaux. Il peut aller en avant ou sur les côtés, vous l’attendez s’il a trouvé une odeur particulièrement intéressante et lui vous attend si vous lacez vos souliers. Le chien revient à votre côté à votre appel. Ce type de promenade est calme et plait à beaucoup de gens qui la préfèrent au rythme plus restreignant d’un ‘au pied ‘. Exemples:
Fleuve, mon husky en forêt:  https://www.youtube.com/watch?v=AmUaLdDN47w
Jeune Mishtamek a 8 mois en ville: https://www.facebook.com/zuzia.kubica.5/videos/272432618313302


2- Le Au Pied: optionnel. Le chien peut apprendre à coller notre jambe et ignorer l'environnement. Utile si on fait du jogging ou pour des courtes périodes: traverser la rue, croiser gens et animaux qu'on n'ira pas voir, dépasser rapidement un endroit rempli de déchets, se rendre rapidement au parc... En laisse ou sans. Voyez des exemples de ‘au pied’:
Fleuve après 6 mois chez-nous: https://www.youtube.com/watch?v=_4petgzYFbY
Zorro sans laisse en nature: https://www.youtube.com/watch?v=2xE0GSaYAr8

  On peut commencer par des étapes moins difficiles. La première chose à transformer est votre relation avec votre compagnon à l’extérieur. Si cela fait un moment que c’est désagréable, il y a des fortes chances que vous appréhendez déjà le moment de passer par la porte et que votre chien essaye de vous éviter dehors et semble exister dans sa propre bulle. Les chiens sont très sensibles à nos humeurs: s’ils nous sentent tendus, ils vont fréquemment détourner la tête, renifler à terre, nous ignorer complètement. Ceci est leur moyen canin de tenter de réduire le conflit. Si nous ne sommes pas au courant de ceci, on risque seulement d’irriter encore plus pensant que le chien 'nous ignore' ou 'est distrait'. Pour vous aider à comprendre votre chien voyez l'article sur Langage Canin . Sortez donc dehors et, sans planifier de se rendre quelque part, essayez seulement de reprendre contact avec votre chien: respirez, soyez agréable, sortez jouets ou gâteries. Assurez-vous que votre chien ne peut rien faire de trop stupide et ne le disputez pas. Si il tire comme un fou, simplement n’avancez pas et essayez plutôt de l’attirer vers vous à l’aide de jouets ou bonbons sans tirer sur la laisse. Le jeu du ‘viens’ va énormément vous aider à rediriger son attention sur vous. En jouant à 'viens', votre chien va apprendre que vous prêter attention et se déplacer dans votre direction est très agréable. Ajoutez à cela l’absence des conflits et vous aurez un chien qui semble se souvenir que vous existez dehors. Ceci est le premier pas vers une balade à deux. Une première étape qui, dans certains cas (anxiétés, réactivité...) peut déjà bénéficier d'un accompagnement professionnel, n'hésitez pas de demander de l'aide au besoin!

À ce stade, certains sont déjà capables d’avoir des belles marches ensemble.

  La plupart d’entre nous, toutefois, sont maintenant capables d’avoir un contact avec notre chien une fois à l’extérieur, d’avoir un chien qui revient rapidement et volontairement nous voir, par contre on n’arrive pas à avancer bien loin car dès qu’on se remet en marche, le chien part en avant et tire. Il faudra donc lui apprendre comment marcher sans tirer et/ou comment marcher à nos côtés dans un ‘au pied’. Il faut vraiment leur expliquer comment faire et non tenter de punir tirer! Nous avons des cours de groupe, un webinaire et les consultations privées pour vous aider dans ce beau projet de marches agréables avec votre ami canin :). Soyez assurés que si je pouvais vous expliquer ici par écrit les exercices précis je le ferai mais elles demandent de l'observation en temps réel pour être efficaces.

Que faire durant le temps de l’apprentissage?
   Marchez moins, mais marchez bien. Évitez de pratiquer la promenade où il vous tire. A chaque pas que l’on prend lorsque le chien tire, il se croit obligé de nous traîner de la sorte pour avancer. La majorité de chiens que je rencontre croient sincèrement qu'il est nécessaire de tirer pour avancer! Ils sont aussi soulagés que leur humain lorsqu'on leur apprend une nouvelle réalité. On peut essayer de s'arrêter dès que le chien tire et repartir lorsqu'il arrête mais c'est souvent extrêmement frustrant pour les deux côtés car le chien ne réussit pas très bien: on ne lui a jamais montré étape par étape la bonne réponse. En attendant de vous décider de prendre un cours pour apprendre comment le lui apprendre, aidez-vous à rendre les promenades moins irritantes: 

– Dépensez-le avant de sortir à la maison ou dans la cour: les jeux du viens  ou de tug/tiraillade peuvent aider à dépenser l’excès d’énergie et votre chien sera plus en mesure de vous donner de l’attention en sortant.

– Apportez des jouets ou superbes gâteries pour le garder avec vous et marchez un minimum, seulement assez pour se rendre dans un champ, terrain vague, parc ou autre endroit où vous pouvez détacher la laisse ou, si il n’a pas encore un bon rappel, l’attacher à une loooongue longe et jouez avec lui: à la balle, le jeu du ‘viens’, et autres pour lui faire faire son exercice.

– Prenez la voiture pour vous rendre à un parc, champ ou autre endroit où vous pourrez dépenser son énergie.
– Si votre chien a terminé sa croissance, vous pouvez l’attacher avec un harnais pour le skijoring ou cani-cross et le dépenser en le faisant courir à côté de votre bicyclette. Prenez une attache sécuritaire conçue pour y attacher un chien. Les courageux le font en patins à roues alignées ou planche à roulettes. De temps en temps arrêtez et pratiquez quelques mètres à la fois de marche ‘au pied’ avec des bonnes récompenses.

Peu à peu, les ballades deviendront plus faciles et agréables. Vous serez en mesure de planifier des marches de plus en plus longues ou même faire du jogging avec votre toutou.

Kyana_rope.jpg

Une longue corde pour son exercice vous permettra de passer des beaux moments avec votre chien à l’extérieur, avant qu’il apprenne à bien marcher en laisse. J'aime bien les nouvelles longes en biothane qui brûlent moins la peau et font moins de nœuds! 

PotCakes.jpg

À la douce mémoire de Marielle et ses PotCakes

  L’entraînement ‘au pied’ prend plus de temps que des assis, restes ou couche : le concept est plus compliqué et assez abstrait : le chien doit être capable de se déplacer en s’ajustant à votre vitesse et direction, en plus de garder la position près de votre jambe : ceci requiert au début énormément de concentration.

  Certains essayent d’apprendre à leur chien un "au pied" en le gardant dans la bonne position sur une courte laisse. Ceci apprend rarement au chien le concept car ce n’est pas lui qui s’ajuste, il est seulement retenu et tiré fréquemment durant le processus. Débutez l’apprentissage d’un "au pied" à l’intérieur, sans laisse. En vous servant de son souper ou de friandises, faites le suivre votre jambe (toujours la même) et nourrissez-le au début à chaque pas, juste derrière votre cuisse (ou mollet pour un petit chien). Peu à peu, votre chien vous suivra du côté choisi car c’est là qu’il se fait servir des bouchées. Avec de la pratique, il apprendra à se coller contre votre jambe et ajuster sa vitesse et sa direction à la votre. Lorsqu’il devient conscient de l’exercice, vous pouvez mettre la laisse en la gardant détendue. Au besoin, il nous fera plaisir de vous l'apprendre, ainsi que de comment ignorer des distractions par consultations privées ou webinaire.

  Essayez de ne pas utiliser la tension de la laisse du tout lors de la marche: de cette manière le chien apprend à marcher ‘au pied’ avec ou sans laisse, il ne tire pas, et la laisse est là seulement pour le retenir au cas où. Attendez qu’il comprenne bien l’exercice à l’intérieur, avant de l’amener à l’extérieur.

  Pour commencer, vous pourrez lui demander quelques pas au pied avant de le relâcher un peu. Pour un chien qui débute, marcher au pied prend beaucoup de concentration et il n’est pas capable de le faire pour la durée d’une promenade entière. Avec de la pratique, il sera en mesure de performer avec moins d’effort de concentration et vous pourrez marcher longtemps de cette manière. 

  Équipement de marche:

Il existe plusieurs outils sur le marché pour vous aider à reprendre contrôle sur les randonnées. Certains sont dangereux, d’autres efficaces :
 

Collier régulier, plat: est l’outil le plus commun et souvent le seul qu’on a besoin. Il est simplement là ‘au cas où’ et ne sert pas à punir le chien ou lui causer de la douleur. Si votre chien de petite ou moyenne taille n'est pas fragile de la trachée et ne s'énerve pas outre mesure cela peut-être suffisant. Assurez-vous que le chien ne puisse s'en sortir au reculant: ce ne sera pas sécuritaire pour un chien dont le cou et la tête sont de la même taille. Si le chien tire beaucoup ou soudainement (comme s'élancer après un écureuil) un harnais sera plus sécuritaire que les coups involontaires sur son cou.
  Un martingale est parfois utilisé pour les chiens dont la tête n'est pas assez grosse comparé au cou: il y a une partie qui serre pour qu'en cas de tension, le chien ne puisse s'en sortir, comme un lasso. Il est difficile de l'ajuster parfaitement afin que cela n'étrangle pas du tout. À cause de cela, j'éviterai le martingale avec des chiens qui ont des réactions négatives en laisse et j'opterais alors pour un harnais.

 

Collier étrangleur (choker) : a été conçu pour créer de la douleur et étouffer le chien si tendu. Il a été utilisé auparavant, avant qu’on ne connaisse des méthodes plus efficaces, pour donner un grand coup et ainsi faire mal au chien la minute où il nous dépassait. Quelques chiens réussissent à saisir le principe et marchent d’une manière plus inhibée, concentrés à éviter la douleur. La plupart de chiens ne réussissent pas à comprendre le concept de ‘au pied’ de cette façon et finissent par: continuer à s’étrangler au bout de la laisse, deviennent agressifs envers les gens qui touchent leur collier ou laisse (ceci simplement pour se défendre de la douleur causée), ou, conséquence très fréquente, deviennent réactifs en laisse face aux passants, autres chiens, etc. Le tout débute souvent avec un jeune chien plein d’énergie qui tire pour aller voir des copains ou des gens. Le propriétaire essaye de s’aider en lui mettant un collier étrangleur. On lui a peut-être également apprit de donner des coups pour ‘corriger’ le chien lorsqu’il tire. Peu à peu, le chien perçoit un scénario: il voit un autre chien approcher et il ressent de la douleur, il voit un autre chien et il ressent de la douleur….très rapidement l’association est formée: autre chien=douleur. C’est alors qu’il escalade ses réactions et, à la place de simplement tirer vers le copain il commence à grogner, japper etc. pour tenter de le chasser. Il n’a jamais comprit qu’il ressent de la douleur parce qu’il tire vers l’autre chien, il sait seulement que l’apparition de l’autre chien prédit la douleur et il va essayer de le chasser de son champ de vision au plus vite. Ce chien peut finir par être sérieusement agressif en laisse.
*Si votre chien réagit déjà en s’élançant, jappant, grognant etc. durant la promenade, le premier pas est d’utiliser un collier ou harnais qui ne lui causera pas de douleur. Ensuite, un travail avec un intervenant expérimenté vous aidera à lui réapprendre à fonctionner normalement. Webinaire sur la réactivité canine. *

 Le collier étrangleur cause beaucoup de douleur et de blessures  résultent de son utilisation. Il arrive que la peau à l’extérieur soit blessé mais c'est plus rare. Le plus souvent, c’est la trachée qui est atteinte. Avec l’âge, le chien tousse souvent et a la voix rauque: ses voies respiratoires sont endommagées. Il a souvent également des vertèbres déplacées à cause des coups. Des dommages aux cervicales ne sont pas rares et causent de la douleur et une panoplie de problèmes de comportement. En plus des dommages physiques, on risque de détruire notre relation avec notre chien en utilisant la douleur. Il faudra arrêter de lui faire mal si on veut qu’il nous donne son attention dehors d’une manière plus volontaire que par peur.
De plus en plus de pays interdisent l'utilisation de ces colliers car il est prouvé qu'ils augmentent les risques de morsure au lieu de les réduire.

Collier à crampons (collier à pics) : le même principe que le collier étrangleur, il a été
conçu pour causer de la douleur au chien.

Le collier étrangleur et à crampons ‘fonctionnent’ en causant de la douleur. On entend parfois quelqu’un argumenter que le collier ne cause pas de la douleur à son chien. Si c’est le cas, il est alors inutile et le comportement du chien ne devrait pas changer si on lui met un collier plat qui n’étrangle pas. Si le chien tire sur un collier régulier et ne tire pas sur un collier étrangleur ou à crampons, il est évident que le chien est motivé d’éviter la douleur. Donc oui, le collier fonctionne par menace de douleur ce qui n’est pas recommandé pour la santé physique et psychique du chien.
On peut aussi entendre des soi-disant professionnels affirmer que le chien n’a pas besoin d’être étranglé, le simple bruit de la chaîne le fait "rappeler à l’ordre". Ceci arrive dans la situation où le chien a suffisamment entendu le bruit de la chaîne suivi d’une correction douloureuse (un chien est intelligent et n'a pas besoin de le vivre maintes fois avant de faire l'association). Le bruit de la chaîne alors suffit pour lui ‘rappeller’. Rappeller quoi? La menace de la douleur. Aucun chien n’arrête de tirer en attendant la chaîne bouger s’il n’a pas goûté à la douleur auparavant. Ce sont des méthodes archaïques, basées sur l’intimidation et la menace et ne sont, heureusement, plus nécessaires pour apprendre à un animal de ne pas tirer.
De plus en plus de pays interdisent l'utilisation de colliers à crampons car il est prouvé qu'ils augmentent les risques de morsure au lieu de les réduire.
 

Collier de tête : Halti, Gentle Leader, Newtrix etc: ce sont des colliers qui se mettent sur le museau du chien. Ils permettent un grand contrôle car la laisse est attachée à la tête et si on tire sur la laisse ceci cause la tête à tourner dans la direction voulue. Cela utilise le principe du licou d'un cheval. La plupart de chiens n’aiment pas cet outil et tentent de l’enlever, surtout si on n’a pas prit le temps de les habituer progressivement. C’est un outil qui peut être utile pour des chiens très gros et forts qui pèsent plus que leur humain. Il faut être prudent de ne pas donner des coups sur ce collier: le chien pourrait se blesser sévèrement le cou si il s'élance vers un écureuil. À utiliser avec douceur et prudence pour ne pas causer des blessures aux yeux et au cou. Parfois est une bonne solution temporaire durant l’apprentissage pour éviter les blessures à l’humain avec un chien trop fort. On peut fréquemment changer après de l'entraînement  pour un harnais frontal. Toujours s’assurer que le collier ne frotte pas les yeux. Chez CoeurCanin, on ne recommande ces colliers qu’en cas de danger de blessure pour l’humain et avec les conditions suivantes:
1- Réelle présentation agréable pour l’animal afin qu’il soit le moins incommodé possible en le portant, résultant en un chien qui y met son museau volontairement (ici une vidéo d'apprentissage du port de la muselière, ce sera les mêmes étapes: https://www.youtube.com/watch?v=d5vSdZJjUbY&t=238s)
2- Utilisé uniquement avec une laisse à deux attaches (ou deux laisses): le harnais de tête n’est jamais la seule attache ou l’attache principale: on attache la laisse d’un côté à un harnais ou collier régulier et l’autre sur l’harnais de tête. Le propriétaire apprend à tirer plutôt sur le côté de la laisse attaché à l’harnais ou au collier plat et n’utilise le harnais de tête que comme frein d’urgence en essayant d’éviter le plus possible les coups au cou de l’animal.
 

Harnais attaché à l’avant ou sur le dos : Attacher un harnais sur le dos donne un bel confort au chien mais lui permet de tirer de façon assez forte: pas l'idéal durant l'apprentissage! Toutefois, attacher la laisse sur le devant du harnais, sur son poitrail, est un excellent moyen pour réduire la force de traction. Lorsque le chien tire, sa poitrine est redirigée vers l’arrière: un excellent outil pour travailler les chiens qui
s’élancent au bout de la laisse. Il est important de bien choisir le modèle de son harnais et l’ajuster afin d’éviter qu’il ne serre pas derrière des omoplates et qu’il ne gêne pas le mouvement des épaules.
Certains harnais sont conçus exprès pour être attachés à l'avant mais descendent trop bas en bloquant
le mouvement des pattes, c'est à éviter. On peut prendre n’importe quel harnais confortable et attacher
la laisse sur la poitrine et non sur le dos. Ceci est confortable pour le chien, ne lui cause pas de douleur et il y a peu de risque de blessures. Certains chiens arrivent tout de même à tirer avec cet harnais mais cela diminue la force du chien qui tire et soulage notre bras en attendant.  Ma marque favorite est le Balance Harness bien ajustable et qui dégage bien l’épaule. Le Perfect Fit en est un populaire également, plus rembourré. J'aime bien les harnais qui donnent le choix d'attacher en avant sur le poitrail ou sur le dos. On peut utiliser l'attache avant en apprentissage ou lorsque c'est glissant et notre chien est particulièrement fou car il y a une tempête de neige qui arrive, puis sur le dos pour un chien qui ne tire plus vraiment ou lorsqu'on attache une longue longe. Cela prend un peu de pratique afin que la laisse ne s'emmêle pas dans les pattes: il n'y a pas d'outil parfait!

Laisse rétractable : les laisses qui se déroulent lorsque le chien tire sont pratiques pour les chiens qui ont déjà apprit à ne pas tirer. Le chien doit tirer pour que la laisse se déroule, ceci leur apprend donc à tirer. À éviter absolument sont les combinaisons de la laisse rétractable avec des colliers étrangleurs ou de tête: le chien n’a alors pas le choix de se blesser ou être très inconfortable. Peut-être utilisé occasionnellement lorsqu’on ne peut détacher le chien mais on aimerait lui donner plus de liberté: toutefois, le chien doit tout de même tirer dessus, donc une longue longe ou corde est préférable durant l’apprentissage afin de ne pas mélanger le chien si il devrait tirer ou pas. Attention de ne pas utiliser les laisses rétractables si votre chien rencontre gens et chiens en laisse: il est difficile de ne pas emmêler une patte ou jambe et ces laisses sont parfois diabolisées car elles causent beaucoup de blessures à l'entourage.

Les outils sont là pour aider notre bras mais ne remplacent jamais l'éducation :).

Banff7-8june2010 335.JPG
prong.jpg
frontharness.jfif

La relation avec votre chien durant une marche:

  Plusieurs propriétaires se sentent obligés de tenter de faire marcher leur chien derrière eux ou sur un strict 'au pied' car ils se font dire que sinon leur chien "a le dessus", "ne les considère pas comme leur maître", etc. Si votre chien se souvient que vous existez et ne vous arrache pas le bras, votre relation durant la marche a déjà un beau départ! Évidemment, on recherche le compromis entre ne pas se faire tirer et donner au chien une belle marche satisfaisante. 

  Si vous le désirez, vous pouvez apprendre à votre chien comment se déplacer dans un ‘au pied’ pour des côtés pratiques, mais cela n’aura pas d’impact sur comment votre chien perçoit votre hiérarchie. La relation avec votre chien va bien au de-là de qui avance en premier.

  Il en va de même lorsque vous marchez en sentier sans laisse: la plupart du temps votre chien peut aller à droite et à gauche et vous devancer, simplement parce qu’il se déplace plus rapidement et n'a pas les mêmes intérêts que vous. Si vous êtes en mesure de le rappeler à vous aisément et il est content de revenir interagir avec vous, il vous considère non seulement comme son ‘chef de meute’, mais également comme un ami de confiance et un important repère: ceci est bien plus près d’une relation efficace et privilégiée avec votre chien que si votre chien évite de vous regarder et marche derrière vous, concentré à ne pas dépasser de peur de se faire punir. Pensez au ‘chef de meute’ comme le centre d’un noyau, la référence: ce n’est pas la position physique du chien vis-à-vis la vôtre qui dictera votre relation, mais le lien établi de confiance, respect et communication.
  Et si jamais la laisse brise, votre chien ferait quoi? S'éloigner légèrement pour renifler mais heureux de trotter avec vous?  Vous éviterait? Vous suivrait-il sans laisse? 

Évitez de travailler en confrontation car il n'y a aucun plaisir pour une telle marche remplie de menaces:

Bâtissez plutôt une relation d'amitié où votre chien a le goût de se promener avec vous, comme il choisit de marcher aux côtés de son meilleur ami: 

Bonnes promenades, ensemble!

Vous êtes les bienvenus de partager ces articles à condition de citer mon nom et le lien à mon site. Merci de ce respect qui me permet de partager de l'information gratuitement :). 

Zuzanna(Zuzia) Kubica CDBC & Mishtamek avec Zorro et Fleuve
Intervenante en comportement canin à CoeurCanin.com

Propriétaire de la Formation CoeurCanin pour intervenants en comportement animal

Certified Dog Behaviour Consultant of IAABC

Cofondatrice du RQIEC Regroupement Québécois des Intervenants en Éducation Canine

bottom of page